Jaipur, capitale frénétique du Rajasthan

Le 5 Octobre après 4h de route, nous sommes à Jaipur, la ville rose. A peine arrivés dans le centre ville, nous ressentons de nouveau la frénésie des grandes villes indiennes.

Nous commençons par visiter en fin d’après midi, le Ganesh Temple perché sur une petite colline dominant l’immense ville de Jaipur. Ce petit temple en valait vraiment le coup, nous étions pratiquement seuls avec quelques hindous et un petit perroquet.

Nous profitons d’un joli coucher de soleil. Cette ascension nous a ouvert l’appétit : nous avons testé le MacDo indien! Franchement, peu de différences avec la France, à l’exception de la viande de boeuf qui n’est jamais présente en Inde. Un bon Mac Chicken englouti et hop on était requinqué pour la soirée!

Coucou !

Le lendemain (6 oct 2015), nous partons pour un marathon de visites dans la capitale. Nous décidons d’acheter un billet de 1000Rs comprenant la visite de 5 monuments.

  •  le fort d’Amber situé à la sortie de Jaipur. Pour tout vous dire, celui-ci nous a paru beaucoup plus beau de l’extérieur que de l’intérieur. Des éléphants font office de taxi pour touristes parcourant le même chemin toute la journée. C’est triste à voir…
  • le Namargarm fort : édifice sans grand intérêt. Il nous offre juste une très belle vue sur Jaipur.
  • le Hawal Naval (le palais des vents) : c’est un ancien palais où les courtisanes du roi pouvaient observer la rue sans qu’on puisse les voir de l’extérieur.
  • le Jantar Mantar : ancien observatoire astronomique.
  • le Albert Hall Museum

Un bollywood ?

Après cette matinée de visite lancinante, nous voulions nous divertir! Un ciné Bollywoodien nous paru être une bonne option. « Singh is Bling » est le nouveau film à l’affiche ; nous sommes prêts à affronter 3h de grand « What the Fuck ».

Les mimiques surjouées des acteurs et les scènes surréalistes nous aident à bien comprendre le film. Le plus frappant est la réaction des indiens face à certaines scènes : un baiser, un regard romantique ou des scènes d’action suffisent à les mettre dans tous leurs états. Cris, rires, sifflements : c’était crazy !

En soirée, Guru nous dépose dans une cantine de rue fréquentée uniquement par des locaux. Premier test pour notre petit estomac !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *